Alertes RH

# 11
mars 2013

Repenser
l’accompagnement vers l’emploi

L’annonce de vastes plans sociaux et de suppressions massives d’emplois chez Florange, PSA, Renault, Virgin, Petroplus, Goodyear… soulève avec une nouvelle acuité la question du retour à l’emploi d’un grand nombre de travailleurs et de leur accompagnement.

La conséquence première de la faillite ou de grandes restructurations d’entreprise est de placer sur le marché du travail, un nombre très important de travailleurs licenciés qui, dans un même espace-temps, vont chercher des emplois pour lesquels ils sont généralement peu ou pas formés initialement. De surcroît, ces travailleurs souffrent de partager les mêmes caractéristiques : des qualifications ou expériences professionnelles souvent spécifiques, une ancienneté assez longue dans l’emploi, un âge en moyenne plutôt élevé… Il s’agit également souvent selon le secteur d’activité et de l’entreprise, d’un personnel ou bien très masculin ou au contraire très féminisé...

Au cours des différentes étapes que traversent les salariés licenciés dans leur retour à l’emploi, le rôle de celui/celle qui accompagne apparaît comme un pivot. L’enjeu est alors de traiter de manière individualisée l’accompagnement d’un licenciement collectif, c’est-à-dire, d’un grand nombre d’individus au plus près de leurs caractéristiques personnelles, sociales et professionnelles et de leurs besoins spécifiques

Le choc face à l’annonce du licenciement libère souvent beaucoup de colère et de désarroi chez les anciens salariés privés subitement de leur emploi. Leur sentiment d’injustice et de découragement est fort. 

Mais pas seulement. Car la fin de l’emploi peut aussi représenter une opportunité à saisir pour entamer une autre carrière professionnelle que celle entamée très tôt, sur les chaînes de montage par exemple. Les professionnels ont un rôle de catalyseur de cette souffrance intériorisée mais aussi de guides vers d’autres horizons professionnels.

Les professionnels ont un rôle de catalyseur de
cette souffrance intériorisée mais aussi de guides vers d’autres horizons professionnels

Il semble aussi nécessaire de repenser le suivi des salariés licenciés, dans leur globalité en prenant en compte l’individu, sa santé, son niveau de vie, son lien à l’entreprise, mais aussi ses relations sociales, qu’elles soient amicales, conjugales, familiales, syndicales.... Ce qui oblige à concevoir de manière élargie le rôle de l’accompagnateur, qui, sans être à proprement parler psychologue, conseiller financier ou travailleur social, doit être en mesure de répondre au mieux, ou du moins de diriger vers les personnes compétentes afin que les « préalables » à la recherche d’emploi soient, au moins en partie, en voie de résorption : problèmes économiques, mal-être personnel, isolement social…

Licenciements et suppressions d’emploi massifs invitent à prolonger la réflexion autour de la sécurisation des parcours professionnels des demandeurs d’emploi et de la mise en place de marchés transitionnels à savoir la mobilisation de moyens destinés à faciliter les passages entre une position donnée et une autre, au moyen de l’aménagement de périodes, d’espaces ou d’activités assurant tout à la fois sécurité économique et droits sociaux des travailleurs. 

L’enjeu
se situe 
au niveau de
la forme et
des représentations prises par la formation professionnelle
Pour fluidifier les trajectoires professionnelles, le rôle de la formation qualifiante et transférable à d’autres univers de travail est crucial mais le plus souvent délaissé par les demandeurs d’emploi, notamment les moins qualifiés. 
L’enjeu se situe au niveau de la forme et des représentations prises par la formation professionnelle, trop vite réduite à un retour à l’école, à un temps déconnecté du monde du travail...

Dans le trajet vers l’emploi, l’accompagnateur se situe à l’interface du salarié et de l’entreprise, ce qui implique de travailler sur les représentations qu’ont les employeurs des prétendants à l’emploi mais aussi sur celles qu’ont ces derniers des métiers à pourvoir. Dans le cas de Moulinex, que j’ai étudié tout spécialement, la période de conflictualité au moment de l’annonce de la fermeture définitive de l’entreprise a rejailli sur l’image des anciens salariés très vite taxés de terroristes, de fainéants… Les nombreuses représentations stéréotypées qui ont circulé à leur propos ont hélas joué contre leur employabilité. Dans le processus de retour à l'emploi, le rôle de l’accompagnateur est primordial pour inciter les salariés licenciés à reprendre confiance en eux et surtout à revaloriser une expérience et une carrière professionnelles jamais perçues comme valorisables. Mais cette idée amène à poser la question des modalités d’accompagnement dans la recherche d’emploi : faut-il « faire avec » ou « faire pour » la personne ? Car l’échec de la remise en emploi de la grande majorité des travailleurs licenciés n’est-il pas aussi un échec de l’hypothèse que tout demandeur d’emploi peut se transformer en bon chercheur d’emploi ?
Manuella Roupnel-Fuentes


L’ouvrage « Les Chômeurs de Moulinex » propose de revenir sur le drame social et économique de la fermeture en 2001 de l’entreprise d’électroménager qui a touché des milliers de licenciés, leur famille et tout un territoire. Cette recherche s’appuie sur une enquête menée pendant plus de 3 ans par le biais d’entretiens et de questionnaires recueillis auprès de 830 anciens salariés de Moulinex choisis pour être représentatifs des 3000 licenciés des usines bas-normandes. En analysant en profondeur l’histoire du fabricant et les répercussions de sa fermeture sur le devenir aussi bien social que professionnel que de ses salariés, cet ouvrage a pour objectif de fournir des grilles de compréhension générale des phénomènes de l’employabilité et des effets du chômage de masse.   
Manuella Roupnel-Fuentes
Les Chômeurs de Moulinex, PUF, 2011, 27€
Lauréat du Prix du Livre RH 2012
décerné par Syntec Recrutement, Sciences Po et Le Monde
Partager cet article
LinkedIn Viadeo Twitter Facebook Plus...
 
Plan du siteContactMentions légalesFAQGlossaireRecommander à un ami • Voir l'entreprise Syntec Recrutement sur LinkedInSyntec Recrutement sur LinkedIn

Syntec Conseil en Recrutement est un syndicat professionnel ;  l’unique organisation représentative de la profession, qui rassemble 130 cabinets de Conseil
en recrutement, de toutes tailles, qui opèrent à l'échelle nationale et internationale par annonces, par approche directe (chasse de tête), …  Chaque conseil
en recrutement contribue à valoriser dans l'entreprise l'importance des cadres et des managers dans la performance durable des organisations. Les Conseils
en recrutement  assurent ainsi le lien entre l’entreprise, les services RH et les candidats. Ils s’appliquent à valoriser la diversité et les compétences.  Les adhérents de Syntec Conseil en recrutement s'engagent à respecter et faire respecter par leurs salariés l'ensemble des principes de déontologie de la profession, avec au cœur de leur démarche la qualité de service dans le cadre de la Norme AFNOR des cabinets conseil en recrutement.