tetiere
puce de titre

1000 JEUNES BACHELIERS PARLENT DE LEUR AVENIR
Etude révélant leur regard sur les fomations, les métiers et l'entreprise


 

EDITO : BACHELIERS - REALISME OU PANNE D'IMAGINATION ?

 

Si vous pensez que les bacheliers d'aujourd'hui sont mieux informés que ceux d'hier sur les opportunités qu'offre l'entreprise en termes de métiers et de fonctions, vous avez... tout faux !

C'est en tout cas ce que révèle une toute récente étude à laquelle notre syndicat professionnel a participé au cours de cet été.

A la question posée : quels métiers vous semblent aujourd'hui les plus accessibles pour un premier emploi ? Nos jeunes bacheliers 2007 semblent bien en peine de répondre. Seuls 22% d'entre eux citent spontanément un métier. De même, à la question de savoir vers quel métier ils se destinent à l'issue des études supérieures qu'ils viennent de choisir, leurs réponses manquent pour le moins d'originalité : avocats, journalistes ou magistrats pour les étudiants inscrits en première année de Droit, professeurs pour ceux de Lettres, ingénieurs pour les élèves des classes préparatoires ...

Il faut croire que, sur ce sujet, Internet et ses multiples plateformes d'échanges et de discussions n'a pas vraiment changé en profondeur l'imaginaire des jeunes issus du cycle secondaire.

Lorsqu'on les interroge sur les raisons qui les ont conduits à choisir la filière de formation à laquelle ils viennent de s'inscrire, force est de constater que leur principale motivation réside davantage dans l'intérêt qu'ils portent aux matières enseignées qu'aux compétences métier ou aux expertises professionnelles qu'ils comptent en tirer. Ceci est notablement plus accentué pour les universitaires que pour les cycles courts ou les écoles préparatoires. A l'heure où l'entreprise et les recruteurs se plaignent de la pénurie de compétences issues de certaines filières de formation, la chose est à méditer !

Laisserons-nous longtemps encore ces milliers de jeunes seuls face à eux-mêmes s'engager dans un avenir déconnecté à ce point des réalités du monde professionnel ?

L'Education Nationale ne peut assurer, seule, l'orientation des jeunes vers des parcours de formation destinés à faciliter leur intégration à l'entreprise ; les acteurs de l'emploi doivent y contribuer davantage.

C'est dès la sortie du BAC que les choses essentielles se décident pour l'avenir et c'est probablement à ce stade que nous devrons être, le plus, force de propositions.

Malgré les aléas de la conjoncture actuelle, ne perdons pas de vue que les jeunes qui intègrent, aujourd'hui, l'enseignement supérieur seront ceux dont nous aurons tous besoin, demain. La crise passera, la pénurie s'installe, elle, pour une longue période.

Sachons par une présence renforcée auprès des élèves du secondaire ouvrir des perspectives professionnelles concrètes et motivantes ; c'est une de leurs attentes principales envers l'entreprise que révèle aussi cette nouvelle enquête dont nous publions des extraits, en avant première, dans le second numéro de cette Newsletter.

L'équipe de rédaction



OBJECTIFS ET RESULTATS DE L'ETUDE

  • Identifier les filières de formation qui attirent aujourd'hui les bacheliers
  • Déterminer les raisons et les critères de ces choix
  • Evaluer la perception que se font les bacheliers des débouchés à l'issue de ces filières
  • Déterminer leurs critères de choix d'une entreprise pour un 1er emploi

ECHANTILLONNAGE

  • Hommes & Femmes âgés de 17 à 19 ans
  • Étudiants ayant eu leur baccalauréat en 2007 (L, S, ES et STI)
  • Inscrits en 1ère année des filières suivantes (et ayant l'intention de continuer dans cette filière) :
    • 60% à l'Université
    • 25% en Cycle court
    • 15% en Classes préparatoires
  • 20% Basés en région Parisienne
  • 80% Basés en province


Q : « A votre avis, quelles sont les filières, secteurs d'activité ou métiers qui permettent de trouver le plus facilement un 1er emploi ? »

Les universitaires qui citent un métier (ingénieur) sont ceux qui sont en filière mathématiques et informatiques. Les autres citent des secteurs d'activité déconnectés d'un métier.

Globalement, les 3/4 des étudiants interrogés citent un secteur porteur. Ils ne sont que 22% à citer un METIER.

Q : « Voici une liste de critères pouvant inciter à choisir une filière de formation plutôt qu'une autre : merci d'indiquer ceux qui vous ont fait choisir la filière. Parmi les critères que vous avez retenus, merci d'indiquer dans l'ordre ceux qui vous ont le plus incité à choisir cette filière »

L'intérêt pour les matières enseignées reste le 1er critère. Seules les classes préparatoires citent l'assurance de trouver un emploi.

Les étudiants en Université citent :



Détail par filières universitaires :

Seules les filières sciences économiques parlent de « Formation qui offre des bases de connaissances pour tout métier » comme critère (49%). Les filières Sciences Humaines révèlent que leur choix est aussi fait, à 57%, « par hobbies, passion ou vocation » et à 53% « pour faire un métier utile ».

Q : « A votre avis, quelles compétences aurez vous acquises à l'issue de cette formation ? »



Q : «A votre avis, quels sont les secteurs ou les métiers accessibles en 1er emploi à l'issue de votre formation ? »



Q : « Parmi la liste suivante, quels sont les principaux critères qui pourraient vous inciter à vous orienter vers un métier ou vers une entreprise pour votre 1er emploi ? »

Q : « Parmi les critères que vous venez de me donner, vous allez m'indiquer dans l'ordre ceux qui vous inciteraient le plus à vous orienter vers un métier ou vers une
entreprise ? »


Les Motivations de la Génération Y : Les entreprises devront faire face à ces motivations dans les années à venir.